Il y a quelques jours, je suis allée assister au spectacle d’une ligue d’impro, La Rocambolesque (également ici) , dans mon quartier. Attirée à la fois par un ami qui en est membre (il se reconnaîtra 😉 ) et le lieu : La Cale, nouvel acteur de la scène brassicole ET zéro déchet sur la Plaza Saint-Hubert, bar qui organise déjà régulièrement des spectacles et des shows.

Je n’ai pas été déçue : pour ce spectacle Momentum, super moment, et super cadre. Cette tradition d’improvisation au Québec, quelle richesse !

J’avais proposé à Armand, l’un de ceux qui s’occupent de la Ligue, de prendre des photos du show. D’abord parce que j’aime toujours ça, prendre des photos. Prendre des photos, c’est un peu figer le temps, retenir un instant qui disparaît ensuite et qu’on ne pourra plus reproduire. Vu le nombre d’instants dans une journée, ça laisse pas mal de potentiel 😉

Ce soir-là, c’était aussi un beau défi pour moi : photographier en condition de spectacle, alors que je sais que mon appareil (un réflex moyen de gamme et des optiques pas nécessairement ultra performantes) montre ses limites dans ce type de lumières à la fois basses et souvent, très contrastées.

Rien de tel qu’un peu d’adversité pour repousser les limites de sa pratique, sortir de sa zone de confort, et s’améliorer 🙂

Le défi était donc triple sur le plan photographique :

Compte tenu des conditions de lumière et de mon appareil, j’ai donc opté pour une vitesse fixe (1/50 à 1/100e) pour m’assurer d’éviter le flou de bougé. J’ai laissé les ISO se régler en automatique – quitte à ce qu’ils montent vite (3200 ou 6400), sachant que je pouvais ensuite réduire le bruit de manière assez satisfaisante.

En post-traitement, j’ai surtout travaillé les visages : la plupart ont nécessité l’utilisation de filtres radiaux, en tenant compte bien sûr de l’équilibre du reste de l’image. Faut de la patience parfois…

Le résultat obtenu m’a pas mal satisfaite, même si j’ai été frustrée par certaines images qui ne sont pas sorties tout à fait comme je le souhaitais. Outre certaines images pas mal intéressantes sur le plan de la composition, les contrastes imposés par la lumière du lieu ont permis de mettre en valeur les visages et les membres des acteurs.

Le tout en noir et blanc : il n’y a pas à dire, c’est vraiment mon univers d’expression. Ça ajoute à la dramatique du spectacle et selon moi, met les sujets en valeur comme je saurais beaucoup moins bien le faire en couleurs.

Au final, très heureuse d’avoir pu participer à ce moment Rocambolesque et de rendre compte visuellement du lancement de la saison. Car le spectacle a permis la constitution des équipes Rouge, Vert, Bleu et Jaune, qui s’affrontent donc pour le reste des matchs d’impro du Momentum. À suivre…

25 novembre 2019

Laisser un commentaire